Constitutions et libertés fondamentales dans la science-fiction

Il est toujours dommage pour un auteur de laisser passer l’occasion de publier le texte d’une conférence. Par manque de temps, ou la (fausse) certitude d’y revenir plus tard, les communications orales prononcées lors de colloques peuvent se perdre dans une montagne de notes non structurées qui s’amoncellent au pied d’un bureau. Pourtant, elles ont nécessité du temps de recherche et de réflexion et méritent, pour cette raison, un partage plus large.

Ce billet permet de revenir sur une présentation faite lors du colloque de doctorants “Droit et science-fiction” organisée par les doctorants de la Faculté de droit de Douai, en 2014. Le thème abordé, à l’époque, s’attachait à décrire, classer et analyser les modèles constitutionnels issus de l’imagination des auteurs de SF. Le genre est vaste, et l’étude a exclu le genre de la Fantasy. Elle s’est appuyée sur un corpus constitué de Fondation (I. Asimov), Le meilleur des mondes (A. Huxley), 1984 (G. Orwell), La ferme des animaux (G. Orwell), Les monades urbaines (R. Silverberg), Les fourmis (B. Werber), Chroniques martiennes (R. Bradbury), La planète des singes (P. Boulle), Fahrenheit 451 (R. Bradbury), Leviathan 99 (R. Bradbury), Le dernier des maîtres (P.K. Dick),  Star Wars (G. Lucas), Minority report (S. Spielberg), Bienvenue à GATTACA (A. Niccol), la trilogie Matrix (L. et L. Wachowski) et la série Futurama  (M. Groening).

Dans le genre de la science-fiction, le droit constitue un objet, parmi d’autres, de la tension narrative. Son ambivalence dans la narration résulte de ce qu’il implique autant qu’il est impliqué ; il implique dans le sens où il détermine la construction sociale telle que la conçoit l’auteur ; il est impliqué car il constitue, parfois, le sujet au centre de la réflexion. Continuer la lecture de « Constitutions et libertés fondamentales dans la science-fiction »