Aux armes etCETAra…De l’opportune démission des députés en commission

La procédure d’adoption du CETA, ce traité commercial entre l’Union européenne et le Canada, a franchi une étape supplémentaire le dimanche 30 octobre.  La signature entre les exécutifs européen et canadiens a finalement eu lieu. Le psychodrame institutionnel, aux effets encore mal définis, né du refus du Parlement wallon d’autoriser le chef du Gouvernement belge à donner son accord à la signature  du Traité par l’Union, est intervenu dans une période post-Brexit encore incertaine. Nombreux furent “les amis bien intentionnés” à faire pression sur le Parlement wallon, lequel faisait alors figure, au choix, de la dernière irréductible enceinte garante de l’esprit démocratique, ou d’une dangereuse assemblée menaçant l’existence même de l’Union.

Au delà de cet épisode, que le recul et l’apaisement permettront de saisir à sa juste valeur, l’épisode a conduit le Parlement français à s’accommoder de certaines règles de procédures. Le site d’information en ligne Politis révélait que 5 députés socialistes membres de la Commission des affaires européennes avaient été démissionnés le 5 octobre pour être réintégrés le 6. La lecture du Journal officiel confirme en effet la chose1. Parallèlement, 5 autres députés ont été nommés, puis démissionnés le lendemain.  Continuer la lecture de « Aux armes etCETAra…De l’opportune démission des députés en commission »

  1. JORF du 5 octobre 2016  et JORF du 6 octobre 2016 []

Constitutions et libertés fondamentales dans la science-fiction

Il est toujours dommage pour un auteur de laisser passer l’occasion de publier le texte d’une conférence. Par manque de temps, ou la (fausse) certitude d’y revenir plus tard, les communications orales prononcées lors de colloques peuvent se perdre dans une montagne de notes non structurées qui s’amoncellent au pied d’un bureau. Pourtant, elles ont nécessité du temps de recherche et de réflexion et méritent, pour cette raison, un partage plus large.

Ce billet permet de revenir sur une présentation faite lors du colloque de doctorants “Droit et science-fiction” organisée par les doctorants de la Faculté de droit de Douai, en 2014. Le thème abordé, à l’époque, s’attachait à décrire, classer et analyser les modèles constitutionnels issus de l’imagination des auteurs de SF. Le genre est vaste, et l’étude a exclu le genre de la Fantasy. Elle s’est appuyée sur un corpus constitué de Fondation (I. Asimov), Le meilleur des mondes (A. Huxley), 1984 (G. Orwell), La ferme des animaux (G. Orwell), Les monades urbaines (R. Silverberg), Les fourmis (B. Werber), Chroniques martiennes (R. Bradbury), La planète des singes (P. Boulle), Fahrenheit 451 (R. Bradbury), Leviathan 99 (R. Bradbury), Le dernier des maîtres (P.K. Dick),  Star Wars (G. Lucas), Minority report (S. Spielberg), Bienvenue à GATTACA (A. Niccol), la trilogie Matrix (L. et L. Wachowski) et la série Futurama  (M. Groening).

Dans le genre de la science-fiction, le droit constitue un objet, parmi d’autres, de la tension narrative. Son ambivalence dans la narration résulte de ce qu’il implique autant qu’il est impliqué ; il implique dans le sens où il détermine la construction sociale telle que la conçoit l’auteur ; il est impliqué car il constitue, parfois, le sujet au centre de la réflexion. Continuer la lecture de « Constitutions et libertés fondamentales dans la science-fiction »